Dictionnaire
des principaux Arts Martiaux Asiatiques
Bajutsu (Bujutsu / Japon)

Aussi Joba-jutsu, Uma-jutsu : équitation militaire. Faisait partie intégrante du Bujutsu dès l’époque Kamakura. Monter à cheval et s’exercer aux arts de la guerre, maniement de l’arc (Yabusame), du sabre et de la lance, faisaient partie de l’entraînement quotidien de celui qui gagnait de par cette position un fort prestige auprès des guerriers à pied. La « Voie de l’arc et du cheval » (Kyuba-no-michi) deviendra plus tard la « voie du guerrier » (Bushido). Le Sui-bajutsu était l’art de monter à cheval dans l’eau et de traverse fleuves et rivières. Sur le champ de bataille le cheval pouvait faire la différence entre la survie et la mort du guerrier. C’est pourquoi la façon correcte de monter (Noritaka) prévalait sur toutes les autres préoccupations ou formes d’entraînement. La première véritable méthode de monte est l’Otsubo-ryu, précurseur, au XVe siècle, d’une cinquantaine d’autres styles. On y utilisait l’arc long (Yumi) et le long sabre courbe (O-dachi). La technique du Noma-oi consistait pour le cavalier en armure à rassembler une horde de chevaux sauvages et fut développée à un haut niveau par le clan des Soma, du nord-est de Honshu. Le Katchu-keiba était la course des cavaliers armés avec leur étendard flottant dans le dos.

définitions tirées du livre
« L’Encyclopédie des Arts Martiaux de l’Extrème-Orient »
de Gabrielle et Roland Habersetzer (Editions Amphora, 2004), avec l'aimable autorisation des auteurs et de l'éditeur.
Cet important ouvrage (7700 termes référencés) peut être obtenu en librairies, dans notre boutique arts martiaux, ou sur Amazon.fr et ed-amphora.fr

Sites internet de l'auteur :
www.karate-crb.com ou www.institut-tengu.eu