Dictionnaire
des principaux Arts Martiaux Asiatiques
Batto-jutsu (Bujutsu / Japon)

Aussi Iai-jutsu : ancienne technique de dégainé et de combat au sabre, apparue également sous les appellations de Riho, Saya-no-uchi, Nudi-aï, Nudi-uchi, Tachi-aï, reprise dans le nom générique de Ken-jutsu et de Iai-jutsu (pour les seules techniques de dégainés), ancêtre du Iaido.

C’est au XVIe siècle que les premières techniques furent codifiées par Hayashizaki Jinsuke Shigenobu, qui appela d’abord son école Junpaku Den puis Muso-ryu Batto-jutsu. Mais ses successeurs et disciples lui préférèrent « Shin Muso »Hayashizaki-ryu (ou « Shinmei Muso » Hayashizaki-ryu). On trouve aussi Rinzaki-ryu, (« Rinzaki » étant tout simplement une autre manière de lire les caractères japonais « Hayashizaki »), Shigenobu-ryu, ou Jushin-ryu. Le Batto-jutsu de Hayashizaki était une orientation décisive vers la spiritualisation d’une technique du sabre à une époque où les Samurai désoeuvrés cherchaient un nouveau sens à leurs efforts, une nouvelle raison de se dépasser en suivant l’éthique des valeureux guerriers d’autrefois. Le nouveau style développé par Hayashizaki tranchait sur celui de tous les autres, intégrant notamment les théories chinoises du Yin, ou Inn (élément négatif), et du Yang, ou Yo (élément positif), ainsi que l’enseignement Zen du célèbre moine Takuan (1573-1645) voie de la paix intérieure et de l’accomplissement de soi. C’est avec lui qu’apparut l’idée d’une finalité autre à la pratique du sabre que son seul usage en tant qu’arme, l’essence du véritable Iaido actuel. Avec Hayashizaki l’art déjà connu de « tirer le sabre » devint une discipline non agressive, d’emploi strictement limité pendant l’éventuel combat : la technique qu’il préconisait devait rester défensive, voire même évoluer vers un principe de non-combat, faisant de cette technique un cadre pour la recherche spirituelle du guerrier… La « voie du sabre » était en voie de devenir un art classique qui fut encore affiné par les guerriers de l’époque Tokugawa, pour aboutir, après ajouts et schismes divers, à l’actuel Muso Shinden-ryu, style de Iaido le plus répandu au Japon.

définitions tirées du livre
« L’Encyclopédie des Arts Martiaux de l’Extrème-Orient »
de Gabrielle et Roland Habersetzer (Editions Amphora, 2004), avec l'aimable autorisation des auteurs et de l'éditeur.
Cet important ouvrage (7700 termes référencés) peut être obtenu en librairies, dans notre boutique arts martiaux, ou sur Amazon.fr et ed-amphora.fr

Sites internet de l'auteur :
www.karate-crb.com ou www.institut-tengu.eu